Arnoux met en garde Red Bull sur le potentiel de Ferrari

Arnoux met en garde Red Bull sur le potentiel de Ferrari

Arnoux met en garde Red Bull sur (...)

Les conflits internes chez Red Bull pourraient aider Ferrari à véritablement se battre pour les championnats du monde en 2024.

C’est le point de vue de René Arnoux, qui a piloté pour la légendaire équipe basée à Maranello dans les années 80.

Le Français, aujourd’hui âgé de 75 ans, affirme que Ferrari a connu un bon début de saison.

“Ils sont beaucoup plus proches de Red Bull,” dit-il à La Gazzetta dello Sport. “Pas tout à fait au niveau de Red Bull, mais presque.”

“Mais il est également vrai que Red Bull n’a qu’une seule voiture à l’avant, car Sergio Perez est le numéro deux, parfois même le numéro 3 ! Il disparaît souvent dans le peloton.”

À Melbourne, Max Verstappen a connu sa première panne technique en deux années complètes : un frein arrière bloqué. Arnoux pense qu’il est possible que l’équipe Red Bull ait été perturbée par les troubles hors-piste impliquant Christian Horner et une lutte pour le pouvoir au sein de la direction du groupe.

“Je suis pour Ferrari,” admet Arnoux, “mais j’espère avant tout que le désordre et les intrigues chez Red Bull sont terminés, car je veux voir un vrai duel.”

“Je ne veux pas que Ferrari les batte à cause de choses comme ça. D’un autre côté, j’espère qu’ils pourront au moins se battre pour le titre des constructeurs, également parce que Perez n’évolue pas à un très haut niveau.”

“En fait, je pense que si Ferrari n’a pas de problèmes majeurs cette saison, ils ont presque de meilleures chances maintenant que Red Bull.”

Mais même le titre pilotes n’est peut-être pas hors de portée, insiste Arnoux – et une grande partie de ce revirement pourrait être due au fait que son compatriote Frédéric Vasseur est désormais à la barre.

“Si Sainz continue comme ça, je pense qu’il pourra bientôt obtenir plus de victoires, et s’il obtient plus de victoires, je ne vois pas pourquoi il ne devrait pas viser le championnat.”

Quant à Vasseur, on a demandé à Arnoux si une condition préalable au succès de Ferrari à l’ère moderne était d’avoir un Français à la barre – comme l’un des prédécesseurs de Vasseur, Jean Todt.

“Je ne sais pas si c’est vrai, mais c’est une tradition que j’aime. J’ai eu beaucoup de chance dans ma carrière de ne pas avoir piloté pour une équipe anglaise. Bien sûr, je plaisante.”

“En peu de temps, Fred a fait un usage optimal du règlement existant. Il a montré qu’il valorise son staff et qu’il peut le renforcer. Lentement mais sûrement, il gagne des dixièmes en piste.”

“Par-dessus tout, je le vois résoudre un bon nombre des problèmes qu’il a rencontrés jusqu’à présent.”

NB : Grand Prix, votre émission 100% débrief F1, revient ce soir à 20h30 sur Twitch, sur notre nouvelle chaîne : https://www.twitch.tv/nextgenauto. N’hésitez pas à vous abonner et à la suivre pour ne pas manquer toutes nos émissions. En effet, nous aurons également des éditions spéciales régulièrement, lorsque l’actualité l’exigera, et bien d’autres nouveautés.


Read More

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *